Religion

Devenir apostat est un engagement contre l’obscurantisme et le ridicule que sèment toutes les religions !!!

Voici le courrier que j’ai écrit le 24 mars 2016…

Monsieur l’évêque,

Ayant reçu mon baptême en l’église de Bournand (86) le 28 avril 1960, sous le nom de Thierry, je vous fais part, par la présente, de mon intention de ne plus apparaître dans vos registres.

Je ne crois pas en l’existence d’un Dieu qui aurait créé le monde en une semaine. Je ne crois pas non plus en l’histoire de Jésus, qui serait né d’une mère vierge, aurait pu marcher sur l’eau, multiplier la nourriture, et serait revenu à la vie après avoir été crucifié. Je ne suis également pas en accord avec les textes de la Bible : quand elle prône l’amour de son prochain, que penser de la lapidation du conjoint adultère, qu’elle prescrit également ? Je ne partage donc pas les croyances fondatrices de l’Eglise et ne souhaite pas cautionner des écrits parfois violents.

Je m’oppose au baptême systématique des enfants en bas âge, une pratique encore fortement ancrée dans les mœurs et encouragée par l’Eglise. Toute personne devrait pouvoir choisir librement sa religion (ou de ne pas en avoir), avec une conscience éclairée, à l’âge adulte. De plus, cette pratique permet de gonfler les chiffres des membres de l’Eglise : nous sommes en réalité nombreux à avoir été baptisés hors de notre consentement et à ne pas être croyants aujourd’hui.

L’Eglise est encore aujourd’hui un obstacle à l’égalité entre hommes et femmes, que ce soit en son sein ou dans la société civile. Les postes d’importance au sein de l’Eglise sont exclusivement masculins alors que cela serait impensable dans n’importe quelle autre organisation. L’Eglise ne doit pas être exemptée d’appliquer l’égalité hommes/femmes. De plus, l’Eglise véhicule une image patriarcale de la famille, où la femme doit se soumettre à l’homme. La lutte pour l’émancipation des femmes a dû ardemment faire face à cette vision chrétienne de la famille afin de faire évoluer les mentalités.

Je ne souhaite pas cautionner l’attitude de l’Eglise envers les personnes homosexuelles, bisexuelles ou transgenres, qui juge leurs inclinaisons « objectivement désordonnées ». Personne ne choisit son orientation sexuelle et personne ne devrait donc être discriminé sur la base de celle-ci. La position de l’Eglise qui prescrit l’abstinence ou encore « l’amitié désintéressée » pour les homosexuels est une tentative vaine de changer ce qu’ils sont intrinsèquement.

En soutenant les manifestations contre l’égalité des droits qui ont eu lieu en France, l’Eglise a activement participé à la recrudescence de l’homophobie ces derniers mois. Les déclarations outrancières des représentants de l’Eglise n’ont pu qu’encourager la multiplication des agressions homophobes, notamment celles du Cardinal Barbarin, qui n’hésite pas à comparer le mariage homosexuel à l’inceste. De plus, malgré la loi 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, l’Eglise profite de son influence pour agir sur l’appareil législatif. L’audition des représentants des différentes religions à l’Assemblée Nationale pour le projet de loi “mariage pour tous” va à l’encontre des principes d’un Etat laïc. Si l’Eglise continue à discriminer dans le cadre de son mariage religieux, je m’oppose à ce qu’elle intervienne sur le mariage civil, aujourd’hui dissocié de toute considération religieuse.

Sur les 37 associations qui composent le collectif aconfessionnel “La Manif Pour Tous”, 27 relèvent de la sphère chrétienne, quand 32% sont fictives, sans même une inscription au Journal Officiel. Les financements dont dispose ce collectif sont considérables : en une seule publicité dans le journal Le Monde, 138 000€ ont été dépensés, plus que le budget annuel de l’Inter-LGBT, elle-même qualifiée de “lobby gay” par les partisans de “La Manif Pour Tous”. Ces financements, notamment à l’appel de ces associations chrétiennes, sont autant d’argent qui aurait pû servir des causes utiles et non des manifestations de haine.

Je ne souhaite pas faire partie d’une communauté souvent concernée par des cas de pédophilie. A de nombreuses reprises, l’Eglise a préféré muter les prêtres impliqués dans des cas de pédophilie au lieu de les rendre à la justice. En ayant protégé des prêtres pédophiles, l’Eglise se rend complice de ces abus sexuels sur des enfants.

Je trouve absurde la réticence de l’Eglise face au progrès scientifique qui s’est démontré tout au long de son histoire. C’est ainsi que des catholiques brûlaient jadis ceux qui affirmaient que la Terre tournait autour du Soleil et que Galilée ne fut réhabilité par l’Eglise qu’en 1992, soit 359 ans après sa condamnation. De plus, la théorie créationniste, selon laquelle l’Homme a été créé en l’état par une volonté divine, n’a aucun fondement, et le refus de la théorie de l’évolution est une preuve que l’Eglise se voile la face devant les innombrables preuves scientifiques qui viennent toujours plus invalider les théories chrétiennes.

Les religions ont été maintes fois la source de nombreuses violences et guerres de l’histoire de l’Humanité. Les exemples sont nombreux, de l’Inquisition aux guerres de religions, des croisades au massacre de la Saint Barthélémy. Le fait que certaines personnes puissent mourir à cause de la religion me paraît invraisemblable.

Je trouve que l’attitude de l’Eglise au sujet du port du préservatif est irresponsable. En continuant à affirmer que le préservatif n’est pas une solution face aux maladies sexuellement transmissibles et à le déconseiller, elle participe notamment à la progression de l’épidémie du VIH qui tue près de 2 millions de personnes dans le monde chaque année.

Je n’approuve pas le refus de l’avortement de la part de l’Eglise et je pense qu’une femme doit avoir accès à l’avortement légal et encadré. Si l’avortement est à utiliser en dernier ressort, il me parait justifié dans certaines situations particulièrement difficiles. Au-delà de ça, la possibilité d’avorter est un garant du droit des femmes à disposer de leur corps.

Pour toutes ces raisons, je vous demande de radier mon nom et toute autre donnée me concernant du registre des baptêmes et de tout autre fichier manuscrit ou informatisé que vous détiendriez. Cette lettre fait office de décision définitive, il est donc inutile de me demander une quelconque confirmation.

Conformément aux articles 38, 39 et 40 de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, cet acte d’apostasie ne peut m’être refusé. Conformément à la loi précitée, les données me concernant doivent être « effacées ». En attendant le dénouement de l’affaire judiciaire autour de la nature de l’effacement – effacement total selon le Tribunal de Grande Instance de Coutances (6 octobre 2011), puis décision invalidée par la Cour d’appel de Caen (10 septembre 2013) et pourvoi en cassation probable – je vous rappelle que rien ne vous empêche d’effacer complètement (rendre illisible) mon acte de baptême.

Conformément à l’alinéa 2 de l’article 40, je vous demande de me fournir, sans frais, une attestation confirmant cette radiation.

Conformément à l’alinéa 2°c de l’article 11 de cette même loi et en cas de non réception de mon attestation de radiation, je serai au regret de saisir la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), voire d’engager toute procédure nécessaire pour obtenir le respect de ma volonté présentement exprimée.

Veuillez agréer, Monsieur, mes sincères salutations.

Thierry ROBERT

Confianceetseduction |
Marseille Poubelle la Vie |
Le petit Coucou du Nanard ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Queerasse
| Suicide Assiste
| Lecoindubonsens